Patrimoine & Professions libérales de santé

En matière de patrimoine, les professions libérales, notamment celles liées à la santé (médecins et paramédicaux) doivent faire face à des charges importantes (régime obligatoire, Urssaf ect…), un impôt généralement élevé et de faibles retraites issues de leur régime obligatoire.

Ceci n’est pourtant pas une fatalité et quelques principes de base permettent d’organiser et d’optimiser leur patrimoine avec notamment en toile de fond : leur retraite.

Premier principe : Épargner en vue de sa retraite.

 

Les professions libérales de santé doivent nécessairement avoir en tête que la construction de leur retraite est un enjeu majeur de leur équilibre patrimonial.

En effet, là où un salarié va toucher en moyenne 70 à 80% de son dernier salaire à la retraite, une profession libérale, va dans le meilleur des cas, bénéficier de 50% de ses dernières rémunérations via son régime obligatoire. Face à ce différentiel important, il s’avère nécessaire voir primordial d’aménager et d’alimenter un cadre patrimonial permettant, à terme, de conserver son pouvoir d’achat et sa façon de vivre.

Il est évident qu’épargner pour sa retraite, en plus des charges existantes et des aléas liés à une installation en libéral peut aisément passer au second plan. C’est là l’erreur de beaucoup, qui sera d’autant plus difficile à rattraper dans le temps et pour un effort beaucoup plus important. Il est clair que l’une des clés permettant l’optimisation est la régularité dans le temps, avec évidemment la nécessité de commencer le plus tôt possible.

Épargner le plus tôt possible de façon régulière est aussi la meilleure manière de tirer profit de son épargne en pouvant se permettre des investissements dîts plus risqués, qui seront lissés dans le temps pour une bien meilleure rentabilité. 

 

Deuxième principe : Investir dans le temps

 

En tant que profession libérale de santé (médecin, chirurgien-dentiste, sage-femme, infirmier, kinésithérapeute, ect) plusieurs contraintes s’opposent en matière de gestion de son patrimoine. La nécessité de faire face aux charges, notamment sociales et fiscales, les besoins d’investissements et les impondérables de gestion, coïncident souvent difficilement avec un plan d’épargne retraite sur le long terme.

Un des outils disponibles, l’assurance vie, permet d’accéder à des rendements supérieurs à des comptes de dépôt ou sur livret tout en bénéficiant d’un cadre fiscal favorable. Ce produit permet donc de bénéficier des performances supérieures via une gestion adaptée, en conservant une disponibilité immédiate des fonds en si besoin tout en privilégiant l’épargne par son principe même. L’assurance vie, par le choix de ses horizons de placement qu’ils soient court ou long terme, permet en effet de contrôler efficacement la part de risque lié à un investissement en action tout en bénéficiant de rendements intéressants.

L’assurance vie reste néanmoins un outil qu’il faut manier avec prudence, mais qui peut devenir le pivot d’une gestion patrimoniale efficace et maîtrisée.

Une autre manière d’investir dans le temps - redoutablement efficace - est sans nul doutes de faire l’acquisition de son outil de travail, à savoir son cabinet médical ! En effet, faire l’acquisition des murs de son cabinet, en ayant pris garde de construire autour de celle-ci un cadre fiscal et juridique protecteur peut s’avérer extrêmement pertinent. Outre la possibilité de financer un bien privé (acquis par exemple sous la forme d’une SCI) via son activité professionnelle (loyers) permet de constituer, par un investissement long terme et maîtrisé, des loyers récurrents ou une vente capitalistique au moment de la retraite.

 

Troisième principe : Prendre garde aux incitations fiscales

 

En matière d’épargne et d’investissement, un certain nombre d’incitations fiscales existent et peuvent être pertinentes. Ces incitations sont néanmoins à envisager avec tout le recul nécessaire et ne doivent pas faire perdre de vue l’objectif final, à savoir la construction de son patrimoine en vue de la retraite.

Il est en effet facile d’être séduit par une réduction d’impôt immédiate ou sur le moyen terme même si nous savons tous que toute incitation à des contreparties. 

Il convient donc d’être très vigilant sur ce dernier point car une réduction au niveau fiscal aura probablement des répercussions inattendues, voir défavorables au moment de la retraite (fiscalité des rentes Madelin à la retraite, revente d’un bien immobilier défiscalisé ayant été surévalué à l’achat...)

En définitif, afin d’éviter les déconvenues diverses et de mauvaises stratégies patrimoniales, il convient de se faire accompagner par des professionnels experts dans leur domaine, connaissant le cadre et les problématiques de votre métier de médecin ou de professionnel paramédical, pour la mise en place d’une stratégie patrimoniale globale adaptée à votre situation personnelle.

 

Vous pouvez consulter tous nos produits d’assurances et nos offres patrimoniales sur notre page dédiée : https://www.libizi.fr/assurance-et-patrimoine/