Acheter ou louer mon local pour mon activité libérale

Acheter ou louer son local ? Quels sont les critères à prendre en compte avant de prendre sa décision ? Comment faire son choix ? Libizi vous aide à prendre la bonne décision !

La location

Les praticiens qui ne peuvent pas ou qui ne veulent pas acheter leurs locaux professionnels peuvent se tourner vers la location.

Cette solution de location est également privilégiée par les praticiens qui veulent acheter mais qui sont dans l'attente de trouver une bonne affaire ou de la livraison de leur cabinet.

 

Quel type de location ?

  • Individuelle : La location individuelle est la formule la plus répandue. Le praticien loue seul un local professionnel et paye l'ensemble des frais afférents à la location. Cette solution est particulièrement adaptée aux professions libérales ayant besoin de confidentialité et d'équipements spécifiques (notamment les médecins spécialistes : kiné, dentiste...).
  • Partagée : La location partagée est en plein essor. Elle consiste à louer un local à plusieurs praticiens. Les locataires se divisent alors les frais afférents à la location : loyer, électricité, internet, téléphone.

 

Quel type de bail ?

Le Bail Professionnel est celui utilisé pour les professions libérales de santé.

Les baux professionnels sont moins réglementés, et donc moins avantageux que les baux commerciaux. Il n'existe pas de statut particulier. La durée du bail doit être d'au moins 6 ans. Le locataire doit passer par un notaire si cette durée dépasse 12 ans.

A noter : l'expiration du bail professionnel, le loueur n'est pas tenu de relouer le local au locataire sortant. Le professionnel peut donc se retrouver sans local à l'expiration du bail, ce qui peut fortement fragiliser son activité.

 

Quelles conséquences fiscales ?

Concernant le bail professionnel, les frais de bail et les loyers sont déductibles du résultat imposable du professionnel libéral.

Aujourd'hui, tout professionnel libéral de santé doit s'interroger sur l'opportunité, d'acquérir les murs de son cabinet professionnel à son compte, fût-ce au prix d'un transfert de ce dernier ou pour une première installation.

 

L'achat

Dans l’hypothèse d’acquisition d’un cabinet, l’investissement relève autant de la gestion professionnelle que de la gestion privée :

  • En qualité d'actif professionnel, les murs apportent au praticien la sécurité que ne peut procurer la position du locataire (renouvellement de bail, réévaluation du loyer..) alors que la valeur d'emplacement est parfois aussi importante pour un cabinet que pour un fonds de commerce.
  • Sur le plan familial, ce placement paraît d'autant plus stratégique que son financement, puis sa transmission, peuvent être optimisés grâce à des options juridiques et fiscales judicieuses.

 

Pour tout complément d’information, n’hésitez pas à vous rapprocher de nos experts qui vous aiguilleront dans votre stratégie d’acquisition.